Des artistes expulsés des studios du bâtiment du bureau de poste, quelques heures à peine pour leur déménagement


Le garage des bureaux de poste plus tôt dans la journée / Photo de Brandon Block

Des artistes avec des studios dans le bâtiment du bureau de poste situé au 439, rue E. Preston ont été expulsés par la ville aujourd'hui après qu'une canalisation ait éclaté à l'intérieur du bâtiment la nuit dernière.

Les artistes du bureau de poste ont appris ce matin qu’ils avaient jusqu’à 17 heures. aujourd'hui pour enlever leurs biens, et un avis a été collé sur le mur a déclaré que le bâtiment devait être condamné.

Alors qu'il commençait à saluer cet après-midi, l'artiste James Bouché s'est précipité pour porter ses toiles le long des trottoirs, qui avaient été complètement gelés, dans une voiture.

Le tuyau a commencé à verser de l’eau sur le sol qui a ensuite coulé par la porte et sur le trottoir, explique Joe Clancy, qui a maintenu un atelier de menuiserie dans le bâtiment pendant 8 ans. Il n'y avait aucun moyen de couper l'eau.

Clancy dit que c’est incroyablement agité d’essayer de tout déplacer en si peu de temps.

«Ils nous ont donné cinq heures. Comme «cinq heures, déplacez tous vos efforts créatifs», dit-il. «J'ai 22 000 livres d'équipement dans le magasin. Et j’ai des affaires qui ne vont pas rentrer dans la porte.

À l'intérieur, l'eau sur le sol était gelée, laissant des bandes de glace autour de l'espace.

Les artistes Paul Taylor, qui avaient de l’espace au garage du bureau de poste et Joe Clancy / Photo de Brandon Block

L'artiste multimédia Paul Taylor a quitté le bâtiment en novembre dernier après y avoir travaillé pendant cinq ans, mais il était là aujourd'hui. Il dit qu'après le décès du propriétaire de l'immeuble, Mike Stallings, l'immeuble n'a pas été aussi soigné.

«Si cela s’était passé aujourd’hui alors qu’il était dans le coin, il serait déjà venu ici», déclare Clancy. «C'était le genre de gars qui, tu savais qu'il allait t'aider, et tu savais qu'il voulait des gens dans l'immeuble comme celui-ci. . . . Il travaillait à résoudre les problèmes du bâtiment, pas de doute. ”

Clancy était au courant des problèmes avec le bâtiment et l'avait fait vérifier de façon indépendante, et avait attiré l'attention du propriétaire actuel sur ces problèmes.Jill Stallings, épouse de Stallings.

Après avoir coupé l’eau, le prévôt des incendies a cité l’immeuble pour ne pas avoir de permis d’occupation, ainsi que pour une large fissure à l’avant du bâtiment. Lorsque le Beat a appelé le service des incendies pour obtenir de plus amples informations, il nous a été demandé d'appeler le logement, qui n'a pas répondu.

En 2016, le brasseur Baltimore a rendu compte des problèmes structurels du bâtiment et du 428. E. Preston Street – les dommages causés au bâtiment incluent des problèmes extérieurs, une inclinaison du sol et une inondation du sous-sol – et ont suggéré que cela puisse avoir un rapport avec les égouts. sortie, un autre tuyau de service public, un remplissage instable ou une combinaison de problèmes. »Le bâtiment a été« considéré comme sûr »par le Département des services généraux du Maryland, a rapporté le Brew.

Le bâtiment du bureau de poste se trouve à proximité de la gare du Nord, à l'emplacement de la fonderie Bell, dont les locataires-artistes ont été expulsés en décembre 2016 et le bâtiment condamné à la suite de l'incendie du navire fantôme d'Oakland. L’expulsion de Bell a conduit le groupe de travail du maire «Safe Arts Space» à s’occuper de nombreux sites de bricolage de la région, tels que l’Annex et le Copycat. Bien que le groupe de travail ait décidé de ne pas expulser plus d’espaces, les problèmes de sécurité liés au garage des postes ont été jugés suffisamment dangereux pour être mérités. En vertu d'un décret signé par Pugh le 4 avril, les autorités municipales ont été invitées à laisser les espaces artistiques enfreints dans les codes, aussi longtemps que ces conditions «ne représentent pas une menace imminente pour la vie ou la sécurité».

Pourtant, il ya encore des échos à la cruelle et efficace éviction de la Fonderie Bell: des artistes ont immédiatement quitté l’art en hiver et n’ont que quelques heures pour leur retirer tous leurs biens, qu’ils soient d’art, de matériaux et d’équipement.

Contrairement à la Fonderie Bell et à d’autres espaces artistiques, la Poste n’était utilisée que comme espace de travail et non comme espace de vie. Il y avait parfois des ateliers ouverts où les visiteurs pouvaient voir des illustrations, des peintures, des sculptures, des estampes, des boiseries, des meubles, etc. et plus des artistes utilisant l'espace.

Alors que l’échéance de cinq heures approche à grands pas, Clancy reconnaît qu’il n’ya tout simplement pas le temps de tout collecter.

“[The tenants] donnons des trucs à Open Works, ils ne font que les sortir de toutes les manières possibles », dit-il, ajoutant qu'il n'avait« aucune idée »s'il lui serait permis de revenir pour le reste de son travail.

«Je n’ai jamais pu obtenir de réponse de la part des gens à ce sujet», dit-il.

Le mardi 9 janvier, Amy Bonitz, Le président du groupe de travail sur les codes et les réglementations du groupe de travail sur la sécurité dans les espaces verts et le président de Barco ont déclaré que les locataires disposeraient de deux jours pour récupérer leurs biens.

Reportage supplémentaire de Brandon Soderberg.

Posts created 2677

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut